Ruminghem – Le village

 

Ruminghem est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Bien desservie au niveau des transports, cette commune devient attractive de par sa situation entre Calais, Saint-Omer et Dunkerque, et cherche aujourd’hui à retrouver un dynamisme dans son cœur de village tout en préservant son environnement. La commune fait en effet partie du Parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale.

Situation

La commune se situe à la limite des plaines de Flandres et des collines de l’Artois, et à la limite du département du Nord. Elle est bordée par la forêt d’Éperlecques et ses collines au sud, tandis que la partie nord, très plane, est organisée par les watergangs qui drainent l’eau des marais agricoles et découpent le territoire en parcelles allongées et parallèles.

Le fleuve Aa constitue la limite nord-est, et la rivière de la Liette traverse la commune. Le territoire est inclus dans le Schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) de l’Audomarois.

Transports et déplacements

Gare de Ruminghem.

La commune est traversée par deux lignes ferroviaires. La première relie Lille à Calais, et dessert Ruminghem (à la Gare de Ruminghem). Saint-Omer est ainsi à un quart d’heure de Ruminghem en train. La deuxième est la ligne de train à grande vitesse (TGV) qui relie Lille au tunnel sous la Manche, donc à l’Angleterre, sans arrêt à Ruminghem.

La départementale D 217 relie la commune à Muncq-Nieurlet à l’est et Watten à l’ouest. l’autoroute A 26, accessible à l’ouest, relie Calais et Béthune. En rejoignant la D 300 à l’est, on accède au nord à l’autoroute A 16 pour aller vers Dunkerque.

Plusieurs liaisons piétonnes maillent les quartiers.

Toponymie

  • Toponyme germanique composé de trois termes: Rum-ing-hem, traduisible par «demeure du peuple de Rumo ».
  • Rumingahem (850), Rumingehem (980), Reminghem (1254), Ruminghem (1353), Ruminghem (1793), Kunienghem (1801).

Histoire

Antiquité

Les Morins, de souche celte, occupaient Ruminghem avant l’ère chrétienne. À l’époque de la conquête romaine, comme d’autres, il se romanisèrent. Les Romains construisirent une forteresse sur les bases du village actuel.

Les Francs s’installent peu à peu dans la région, dès avant la chute de l’Empire Romain au Ve siècle.

Moyen Âge

C’est vers cette époque qu’apparait le nom de Rumingahem, mentionné pour la première fois en 850 et qui signale un établissement flamand. En effet, on y reconnait la nom de personne germanique Rumo ainsi que le double suffixe -ing-hem caractéristique des pays de langue néerlandaise1.

Dès le Ve siècle, des moines de Saint-Momelin sont présents dans la localité. Ils assèchent les marais en créant des watergangs, canaux parallèles destinés à drainer l’eau dans toute la Flandres. La région subit plusieurs raids menés par les Vikings. C’est à cette période que la forteresse romaine est transformée en château-fort par les paysans locaux. Au IXe siècle, les terres de Ruminghem appartiennent à l’abbaye de Saint-Bertin. L’église est construite au XIIe siècle.

Plus tard, Ruminghem passe plusieurs fois du domaine français au domaine espagnol. Le village subit ainsi plusieurs destructions et pillage. Le château, qui appartenait aux Fiennes, fut détruit en 1220. La seigneurie dépendit des Luxembourg-Saint-Pol, et le roi de France réalisa une attaque en 1487. En 1489, la commune repasse aux mains des espagnols. On reconstruisit un château qui fut rasé en 1637 par les Ardrésiens. En 1639, l’armée française chasse définitivement les Espagnols.

Époque moderne

La commune se modernise à partir de 1830, date de construction de l’école. La compagnie des Chemins de fer du Nord réalise en 1847 une voie de chemin de fer entre Lille et Calais, passant par Ruminghem. L’assèchement et l’irrigation se poursuivent, avec la création de l’institution des wateringues, organisée par sections, en 1809, et l’assèchement du Coin perdu en 1880, qui apporte 750 hectares de terres agricoles à la commune.

Des chinois, membres du Chinese Labour Corps, furent présents sur la commune à la fin de la Première Guerre mondiale. Dirigés par des officiers supérieurs anglais, ils déchargeaient les munitions en provenance d’Angleterre et marchandises au Pont du Wetz. Le cimetière chinois fut créé pour les victimes de leur communauté, par le Commonwealth, suite à des bombardements allemands en 1918.

Politique et administration

Ruminghem dans son canton et dans l’arrondissement de Saint-Omer

Liste des maires successifs

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 août 2012 Yves Bacquet Démissionnaire
18 septembre 2012 mars 2014 Gérard Verquere
mars 2014 en cours
(au 22 février 2015)
Jacques Hautecoeur

Urbanisme

Le plan local d’urbanisme (PLU) a reçu un avis négatif au travers le rapport de l’enquête publique du mois de février 2011, le commissaire enquêteur émet aussi beaucoup de réserves et de recommandations au travers de celui-ci.

Dans l’état actuel des choses, le P.O.S est maintenu jusqu’à l’élaboration du PLU intercommunal qui devrait être opérationnel en 2017.

Par ailleurs, la commune avait été sélectionnée au cours d’un appel à projet régional intitulé “Vers un urbanisme de qualité”, organisé par le syndicat mixte Espaces naturels régionaux (ENRx, à Lille) et les trois Parc naturel régionaux du Nord-Pas-de-Calais, et soutenu par le Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire. Dans le cadre de cet appel, la commune s’était engagé à réaliser un projet d’aménagement de qualité au niveau écologique, social, économique. Ce projet portait sur un terrain central dans la commune, et devait permettre de faciliter la circulation, le stationnement, tout en laissant une place plus importante aux piétons. Des logements accessibles aux handicapés ou aux personnes âgées étaient envisagés. Une réunion publique avait été organisée par la commune le 30 avril 2010. Ce projet a été abandonné et partiellement repris en 2014 par la nouvelle équipe municipale.

La commune s’est engagée fin 2010 dans la conception de deux classes avec bloc sanitaire et d’une extension de la nouvelle mairie.

La construction d’une salle à dominante sportive a débuté en 2008, cette salle d’un investissement de plus d’un million d’euros souffrait de malfaçons liées à sa construction. Aujourd’hui, le problème est résolu et la salle a été inaugurée en septembre  2013.

Population et société

Démographie

Évolution démographique

En 2012, la commune comptait 1 619 habitants. L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque annéeNote 1,Note 2.

           Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
741 812 824 965 961 1 073 1 110 1 135 1 144
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 127 1 127 1 168 1 149 1 126 1 075 1 089 1 159 1 160
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 111 1 118 1 110 1 020 1 056 1 069 1 058 1 116 1 025
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
1 012 968 927 1 019 1 120 1 163 1 427 1 502 1 619
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu’en 1999 puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l’évolution démographique

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d’un âge supérieur à 60 ans (14,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l’instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d’âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,2 %, 15 à 29 ans = 18 %, 30 à 44 ans = 23,6 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 14,1 %) ;
  • 50,1 % de femmes (0 à 14 ans = 25,2 %, 15 à 29 ans = 20,7 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 18,3 %, plus de 60 ans = 15,7 %).
Pyramide des âges à Ruminghem en 2007 en pourcentage
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3
90 ans ou +
0,4
3,5
75 à 89 ans
5,2
10,3
60 à 74 ans
10,1
19,1
45 à 59 ans
18,3
23,6
30 à 44 ans
20,1
18,0
15 à 29 ans
20,7
25,2
0 à 14 ans
25,2
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2
90 ans ou +
0,8
5,1
75 à 89 ans
9,1
11,1
60 à 74 ans
12,9
21,0
45 à 59 ans
20,1
20,9
30 à 44 ans
19,6
20,4
15 à 29 ans
18,5
21,3
0 à 14 ans
18,9

Enseignement

La commune compte deux écoles une primaire et une maternelle. Les enfants vont en train ou car dans les lycées de Saint-Omer ou Calais.

Manifestations culturelles et festivités

  • L’association carnavalesque Les Veint’ches de Ruminghem organise chaque année un bal durant le Carnaval.
  • Des fêtes communales sont organisées les 1er dimanche de juillet et 3e dimanche d’octobre ; une fête patronale et commémorative a lieu le 11 novembre.
  • L’association “la note bleue” organise la fête du théâtre “les Utopitreries” la semaine de l’ascension du 02 au 08 mai à cette occasion l’ensemble des spectacles du dimanche sont gratuits et le centre du village est piétonnier

Sports

Les habitants se promènent dans la forêt d’Eperlecques.  La chasse et le tir à l’arc sont également pratiqués sur le territoire.

La commune est équipée d’un centre équestre et d’un golf, le golf du bois de Ruminghem, de 18 trous. Depuis janvier 2009, il a été repris par un couple australo-belge et compte parmi un bon nombre de membres étrangers (Belges, Hollandais) également des membres français.

Cultes

Deux églises sont implantées sur la commune, une catholique et une protestante (évangélique).

Économie

Différents commerces sont présents dans Ruminghem (fleuriste, boucherie – charcuterie, coiffeur, garage, fromager, café, épicerie, tabac…). La poste se situe au cœur du bourg. Par ailleurs, 11 exploitations agricoles sont présentes sur la commune. En 1999, sur 387 actifs ayant un emploi (248 hommes et 139 femmes), seuls 18,1 % travaillaient à Ruminghem même.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

L’église Saint-Martin
  • L’église Saint-Martin date de 1806, et la tour à flèche de 1791 a été restaurée en 2013.
  • La gare de Ruminghem.

Patrimoine commémoratif

  • Un cimetière chinois est implanté à Ruminghem. Il a été réalisé à la fin de la Première Guerre mondiale.
  • Le monument aux morts commémore les guerres de 1914-18, 1939-45 et d’Algérie.
  • La plaque du Souvenir Français commémore les victimes de 1870.